samedi 30 mars 2013

16 Lunes






Résumé :  

J’ai longtemps rêvé de cette fille. Elle apparaissait dans un cauchemar où, malgré tous mes efforts, elle tombait sans que je ne puisse la sauver. Je me savais lié à elle d’une façon particulière. Et puis un jour, elle est arrivée en chair et en os au lycée de Gatlin, notre petite bourgade du Sud des États-Unis. Elle était belle et mystérieuse. Si j’avais su qu’en même temps que cette fille, dont j’allais tomber éperdument amoureux, surgirait aussi une malédiction... L’amour sera-t-il plus fort que le destin ?

Mon avis :

A l’occasion du film, j’ai sorti 16 lunes de ma PAL, où il végétait depuis sa sortie, c’est-à-dire 3 ans ! Il était donc plus que temps que je m’y mette ! Alors est-ce que j’ai regretté énormément ce retard ?

La réponse est non. J’ai aimé lire ce roman mais il ne m’a pas transcendé ! Je pense que les autres tomes seront plus à la hauteur de mes attentes.

Ce qui m’a plut…

Tout d’abord je trouve que ce roman jeunesse/young adult nous change des autres du fait de la narration. En effet, d’ordinaire on est souvent dans la peau d’une jeune fille. Ici, nous suivons le point de vue d’Ethan , jeune homme de 16 ans, vivant seul avec son père et Amma, vieille dame qui l’a élevé,  à Gatlin, petite et ancienne bourgade de Caroline du Sud. Ethan est un des garçons populaires de son lycée, membre de l’équipe de basket. Il est également bon élève  et intelligent, aimant s’évader dans l’univers des mots que sont les livres.
Tout bascule lorsqu' Ethan rencontre la mystérieuse fille qui hante ses rêves, Léna. De garçon populaire il va devenir le petit ami de la nièce de « ce vieux fou de Ravenwood » , personnage énigmatique et solitaire, que personne n’a jamais vu –ou alors, pas depuis très longtemps- ; et devenir avec Léna, le centre de toutes les attentions.
Si elle attire toutes les attentions et est le sujet principal de tous les « cancans », c’est parce que Léna vient troubler le calme de cette bourgade conservatrice, où tout le monde se connaît depuis toujours et où les commérages vont plus vite que le vent. L’arrivée de Léna va marquer une véritable rupture dans cette sphère sociale très ancrée sur elle-même. En cela, le roman est intéressant car il montre l’aspect communautaire des États du Sud des États-Unis (la Bible Belt) où la religion et les notables tiennent une place capitale.
On constate d’ailleurs que dans cette ville de Gatlin, le matriarcat est important. La mère de Link ainsi qe les autres femmes de la FRA ont la mainmise sur l’opinion publique. A l’inverse, les pères sont absents : le père d’Ethan est reclus dans son bureau, tout comme Macon Ravenwood dans son manoir. On peut quand même évoquer que Macon remplace la mère de Léna et tient un double rôle.

Autre aspect qui nous imprègne du Vieux Sud américain : Amma et ses grigris, talismans et autre incantations. On met un pied dans les traditions vaudou importaient d’Afrique et transmises par les anciens esclaves.
De même les auteurs ont mis en avant l’histoire de ce comté, irrémédiablement rattaché à la guerre civile. Tout tourne autour du souvenir, de la perpétuation de la mémoire car celle-ci fait partie de l’identité de cette communauté.

Qui est Léna ??? Comment se fait-il qu’il existe un lien aussi fort entre elle et Ethan ?
Leur destin semble lié mais incertain. Car à son 16e anniversaire, Léna, qui s’avère être une enchanteresse, sera appelée soit par la lumière soit par les ténèbres. Et c’est bien ce qui effraie Léna , qui a peur de faire du mal autour d’elle, de faire mal à Ethan et de le perdre à jamais. Nos deux tourtereaux   vont devoir se battre pour découvrir les secrets d’un mystérieux médaillon qui semble sceller leur destin et trouver un  moyen d’empêcher Léna de sombrer dans les ténèbres.

Ce qui m’a déplut …

Il manque de l’action dans ce 1er tome. Il est vrai qu’il faut que les auteurs posent les jalons de leur histoire, qu’ils plantent le décor mais là, on a une partie du livre (qui est quand même très épais) qui est beaucoup trop longue. Les 2 personnages cherchent pendant de longues semaines et de longs chapitres les secrets du médaillon et ensuite du livre des sorts et tout cela traine en longueur… A noter un chapitre entier qui ne sert à rien, si ce n’est de prétexte pour amener aux toutes dernières lignes de celui-ci nous révélant enfin quelque chose d’intéressant… (je parle de ce chapitre où Ethan rend visite à ses vieilles tantes….)

Je suis également allée voir le film….et comment dire … c’est une daube… franchement c’est très décevant. On ne retrouve pas l’atmosphère du livre, Ethan doit avoir 10 ans de trop, l’acteur ne correspondant absolument pas au personnage du livre. Il y a beaucoup de choses qui changent, d’autres qui sont zappées…au bout de 2 min j’étais déjà en train de bouillir dans mon fauteuil.
Par contre, j’ai également acheté et lu le roman graphique et je dois dire que ce dernier est une belle réussite. On retrouve le roman. Ethan a enfin l’air de quelque chose, toute l’intrigue y est et le graphisme est agréable.

En définitive...

une bonne lecture au final et il me tarde de lire les tomes suivants qui sont, apparemment, plus intéressants.

j'inscris ce livre dans les challenges: 



dimanche 17 mars 2013

La Dame en blanc de Wilkie Collins




J’ai lu ce livre dans le cadre de la lecture commune organisée par Stellade. Je tiens  d’ailleurs à m’excuser pour mon retard !


Résumé :

Dans la fournaise de l été, en ce milieu du XIXe siècle, William Hartright, jeune professeur de dessin émérite, s apprête à quitter Londres pour enseigner l aquarelle à deux jeunes filles de l aristocratie, dans le Cumberland.
Il laisse derrière lui la vie trépidante de la ville et ses étranges incidents, comme cette rencontre en pleine nuit avec une jeune femme terrorisée, toute de blanc vêtue, semblant fuir un invisible danger...
Mais la campagne anglaise, malgré ses charmes bucoliques, n apaise pas le jeune William autant qu il le souhaiterait. La demeure de Limmeridge recèle en effet de bien lourds secrets, et lorsque resurgit la mystérieuse dame en blanc, il est bien difficile d affirmer qu il ne s agit pas d un présage funeste...

Mon avis :

Je tiens à dire que j’ai lu ce livre par épisodes. J’ai mis du temps à entrer dans le roman, la première partie étant un peu ennuyeuse et lente à mon goût.
Cela est dû essentiellement à une intrigue qui met du temps à se mettre en place. Le personnage principal, Walter Hartright, jeune professeur de dessin, s’apprête  à quitter Londres pour Limmeridge House dans le Cumberland, où son ami Pesca, italien excentrique, lui a trouvé une place. La veille de son départ, lors d’une ballade nocturne,  il rencontre une jeune femme habillée de blanc, à l’allure spectrale. La jeune femme à la mine maladive est apeurée et souhaite se rendre à tout prix à Londres pour fuir un mystérieux baronnet. Notre jeune ami va ainsi l’aider à échapper à ses poursuivants. Cette mystérieuse jeune femme semble en plus avoir un lien avec le lieu où il va aller enseigner…
Walter Hartright arrive au domaine de Mr Fairlie, vieil homme hypocondriaque, vivant avec ses deux nièces.
Notre jeune professeur va très vite devenir ami avec Miss Halcombe et tomber éperduement amoureux de sa demi-sœur, Laura Fairlie .
Malheureusement, la jeune fille est promise à un baronnet, Sir Percival Glyde, homme veuf, froid, calculateur et fauché; qui en plus, semble avoir un lien avec la dame en blanc…

Je n’en dirais pas plus…

Après la première partie passée, l’histoire se décante et se dirige vers une sorte d’enquête, menée par Miss Halcombe puis par Walter Hartright. Tout deux vont essayer de dénicher des informations sur cette mystérieuse dame en blanc qui semble garder un secret commun avec Sir Percival Glyde. Il sera difficile pour nos deux protagonistes d’en apprendre davantage. Car en effet, Sir Percival Glyde et son ami le Comte Fosco, vont leur mettre des bâtons dans les roues et vont avoir recourt à des méthodes peu scrupuleuses.
L’histoire nous est racontée par plusieurs narrateurs mais cela ne nuit en rien à la lecture et à la compréhension. La lecture est facilitée par un style fluide, sans lourdeurs et sans trop de descriptions.
Pour ma part, j’ai eu les nerfs à vifs en lisant ce livre ! je me disais, cette pauvre Lady Glyde va-t-elle réussir à s’en sortir et à échapper à ces sinistres et vils personnages ?!!! en fait ça c’est le langage soutenu, parce qu’en mon fort intérieur c’était plutôt : « Mais quelle bande de raclures !!! » lol on se demande vraiment si cette dernière pourra avoir enfin une vie heureuse.
En même temps que l’enquête progresse, on en apprend un peu plus sur la dame en blanc. Je dois avouer que je m’attendais à des révélations plus spectaculaires mais bon..l’auteur en a décidé autrement.

En définitive, j'ai passé un agréable moment avec ce livre et je suis heureuse de l'avoir lu. Je remercie Stellade pour cette découverte. En plus, ce livre nous plonge dans l'époque victorienne, période que j'adore ^^

mercredi 13 mars 2013

Au péril d'un rendez-vous de Julie James

sortie le 6 février 2013

Résumé:

Le ministère public contre Kyles Rhodes ! Rylann n’en croit pas ses yeux ce matin-là, lorsqu’elle ouvre le dossier posé sur son bureau. Adjointe du procureur de Chicago, elle a connu Kyles dix ans plus tôt alors qu’elle était jeune étudiante en droit. Tous deux avaient flashé l’un sur l’autre et, malgré un rendez-vous raté, leur rencontre est restée gravée dans sa mémoire. Aujourd’hui elle retrouve Kyles cyber-délinquant et témoin-clé dans une affaire de corruption. Il est toujours terriblement sexy, mais Rylann a toujours fait passer sa carrière avant tout...

Avis: 

Encore une bonne petite romance^^ j'ai découvert ce livre au détour d'un rayon de mon supermarché et j'ai craqué!!!( j'avoue, je craque souvent! lol) 
L'histoire commence lors d'une soirée d'étudiants ou Rylann, sans le savoir, va faire la rencontre de sa vie...à savoir celle du beau Kyles Rhodes. Tout de suite c'est l'alchimie et le flirt engage un nouveau rendez-vous...mais il ne viendra pas...
9 ans plus tard on retrouve Rylann, adjointe du procureur de Chicago, chargée d'une affaire mêlant l'homme qu'elle n'a jamais pu oublier...
Professionnelle jusqu'au bout des ongles, et possédant une volonté de fer, Rylann compte bien mener à bien ce dossier sans se laisser perturber par "l'homme aux fossettes craquantes" 

On retrouve tous les ingrédients d'une bonne romance: des personnages attachants, des rebondissements, des malentendus, le retour de l'ex...
j'ai passé un agréable moment de lecture, et j'avoue que cette histoire est addictive. J'ai eu du mal à lâcher ce livre tant l'histoire est charmante. L'héroïne a du caractère, l'homme qu'elle aime est à tomber et à eux deux il forme un couple touchant. Si comme moi, vous êtes un peu une guimauve, ce livre est pour vous  ^^ 

et pour info (mais aussi pour les yeux!!! ) voilà comment est décrit Kyles Rhodes...

 

lundi 4 mars 2013

Elfes

Série Elfes Tome 1 : Le crystal des elfes bleus


Editions Soleil

Scénario : L.J. Istin

Dessin : K. Duarte

Couleurs : Saito



Résumé :



Les Elfes bleus d’Ennlya, une petite ville portuaire du Nordrenn, ont tous été massacrés ! L’Elfe bleue Lanawyn et Turin, un homme réputé, enquêtent alors que toutes les pistes mènent vers un clan d’Yrlanais, ces Hommes du nord qui haïssent les Elfes.
Dans la cité île Elsemur, Vaalan une jeune Elfe bleue passe l’épreuve de l’eau des sens. La mère prophétesse voit son avenir proche, un avenir lié au crystal sacré.
« Celui qui contrôle le crystal, contrôle l’océan. »
Cette annonce fait grand bruit et il se murmure que Vaalann pourrait être le messie que les Elfes bleus attendent depuis plusieurs générations...
Entre enquête et initiation, cette histoire nous mène dans un monde de faux-semblants, de rêves et de désillusions !



Mon avis :



Tout d’abord, je dois dire que ce qui m’a attiré tout de suite, c’est la magnifique couverture et l’excellent graphisme du dessinateur Kyko Duarte. L’objet livresque est beau, les éditions Soleil ayant mis le paquet sur cette édition.



Quel est le concept de la série ?



« 5 récits, 5 scénaristes, 5 dessinateurs, 1 seul univers »

ou encore

« 5 peuples, 5 récits, 1 univers »



Cette pléthore de dessinateurs et de scénaristes n’est pas nouvelle puisque les éditions Delcourt ont fait la même chose avec leur série « 7 » dirigée par Chauvel.

Cette série se composera donc de cinq albums indépendants décrivant tour à tour le monde des elfes. Dans ce premier tome, on découvre les elfes du nord, les elfes bleus de la mer.

Si le dessin m’a tout de suite séduite, on appréhende toujours le scénario. Car même si le résumé est alléchant on peut être déçu.
Là il n’en est rien. J’ai beaucoup aimé l’histoire. On arrive à suivre facilement même si certains noms sont difficiles à retenir (en même temps ce sont des noms elfiques, et vu que je commence seulement à lire de la fantasy…j’ai eu un peu de mal). On retrouve un monde de fantasy et sa mythologie bien connue : les elfes, les hommes, les orks, les magiciens et autres créatures…

Tout cela m’a énormément plus et j’ai hâte de découvrir les prochains tomes !

J'inscris cette lecture dans le challenge organisé par Crunches: 

 

vendredi 1 mars 2013

Un auteur de la PAL de June (Mars)






Ce mois-ci c'est un auteur espagnol qui est à l'honneur !!!




ruiz zafon shadow wind 

Pour ma part, j'ai choisi de lire: Le jeu de l'ange

Résumé:

Barcelone, années 1920. David Martin, dix-sept ans, travaille au journal La Voz de la Industria. Son existence bascule un soir de crise au journal : il faut trouver de toute urgence un remplaçant au feuilletoniste dominical. Sur les conseils de Pedro Vidal, chroniqueur à ses heures, David est choisi. Son feuilleton rencontre un immense succès et, pour la première fois, David est payé pour ce qu'il aime le plus au monde : écrire.
En plein succès, David accepte l'offre de deux éditeurs peu scrupuleux : produire à un rythme effréné des feuilletons sous pseudonyme. Mais après quelques années, à bout de force, David va renoncer. Ses éditeurs lui accordent alors neuf mois pour écrire son propre roman. Celui-ci, boudé par la critique et sabordé par les éditeurs, est un échec. David est d'autant plus désespéré que la jeune fille dont il est amoureux depuis toujours - et à laquelle le livre est secrètement dédié - va épouser Pedro Vidal.
Son ami libraire, Sempere, choisit ce moment pour l'emmener au Cimetière des livres oubliés, où David dépose le sien. Puis arrive une offre extraordinaire : un éditeur parisien, Corelli, lui propose, moyennant cent mille francs, une fortune, de créer une texte fondateur, sorte de nouvelle Bible, « une histoire pour laquelle les hommes seraient capables de vivre et de mourir, de tuer et d'être tués, d'offrir leur âme ».

Du jour où il accepte ce contrat, une étrange mécanique du meurtre se met en place autour de David. En vendant sa liberté d'écrivain, aurait-il vendu son âme au diable ? Épouvanté et fasciné, David se lance dans une enquête sur ce curieux éditeur, dont les pouvoirs semblent transcender le temps et l'espace.

Bilan lecture de Février


Un nouveau mois s'achève! c'est passé très vite !

ces dernières semaines j'ai lu des romans qui m'ont énormément plu !!! je suis même tombée amoureuse d'un auteur , Stefan Zweig.

Le mois dernier j'ai donc lu:

Riverdream de G.R.R Martin , une excellente surprise. 
La Dame en blanc de Wilkie Collins (chronique en écriture), là encore j'ai adoré le mystère entourant l'histoire de cette jeune femme, le devenir d'une autre et j'ai également ragé en lisant, espérant de tout cœur que certains personnages mal intentionnés ne parviennent pas à leur fin!!!
Cyanure de Camilla Läckberg , un petit roman à la Agatha Christie, une ambiance comme je les aime: un manoir sur une île isolée, une famille qui n'en porte que le nom, des secrets ....
Lieutenant Eve Dallas de Nora Roberts, avec encore un milliardaire qui nous faire rêver...

et le grand coup de coeur: Lettre d'une inconnue de Stefan Zweig.

J'ai également lu 2 mangas: Library Wars 9 et Chi n°1

Total: 5 romans (dont 2 commencés en janvier) et 2 mangas. C'est peu, mais la qualité est là ^ ^

En ce moment je lis 16 lunes et l'Homme aux cercles bleus.